Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #79] Vox, un livre révoltant !

– Vox –

« Tu ne peux pas t’opposer à ce que tu ne vois pas venir. »

71x0ogry0nlAuteur : Christina Dalcher

Éditeur : Nil

Genre : Dystopie

Date de Parution : 7 mars 2019

Prix : 22,00€ (broché), 14,99€ (numérique)

Nombre de pages : 432 pages

Résumé :

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…


– Mon Avis –

cc7ded5ee333b8ef8438195452f12f6bPourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : Parce que l’audio venait de sortir et que je n’entendais que de bonnes choses sur ce livre. Alors j’ai décidé de me lancer pour me faire mon propre avis.

L’Objet Livre : L’audio est plutôt sympa et la couverture du livre annonce tout de suite la couleur 😉

Mon avis : Imaginez une Amérique où les femmes n’ont plus droit à la parole. Elles n’ont le droit de prononcer que 100 mots par jours sous peine de se faire électrocuter par le bracelet qu’elles portent au poignet. Elle peuvent toujours écrire pour se faire comprendre me diriez-vous ? Et bien non, cela aussi est banni et depuis leur plus jeune âge. Elles n’ont plus le droit de travailler non plus. Voilà ce que nous présente comme contexte cette dystopie pour le moins révoltante. Parce que c’est vraiment le mot, c’est révoltant.

82c77d947ece3df481ade30987f2e318Je dirais que c’est la réaction des hommes qui m’a le plus énervé. C’est déjà eux qui sont à l’origine de ce programme mais il y a ceux qui adhère complètement et méprisent les femmes, ceux qui n’approuvent pas vraiment mais qui ne disent rien et une minorité qui essayent de faire changer les choses. Les femmes quant à elles, n’ont plus leur mot à dire et essayent juste de survivre dans cette cage dorée.

On va suivre Jean qui, avant tout ça, avait un travail dans la recherche qui était très important, une vraie tête pensante. Mais comme beaucoup de femmes, elles n’a pas vu les choses venir.

e7939f64ba16d2517e111cebfc1a0fffJe reste assez mitigée sur cette lecture car cette dystopie est originale mais dure pour les nerfs. J’avais souvent envie d’arrêter ma lecture suite à un passage qui m’avait énervé en voyant ces femmes impuissantes à trouver une solution pour se libérer. Le début est assez long pour tout expliquer, mettre nos nerfs à vif avec tout ce qui se passe mais quand vient le dénouement, tout va trop vite. C’est dommage…

NOTE : 3 / 5

Un livre révoltant !


– Citations –

« Voici comment j’ai perdu ma voix pour la seconde fois. Dans un déclic qui a résonné comme une bombe. »

« Vous n’imaginez même pas, mesdames. Vous ne vous rendez pas compte. On retourne lentement à la préhistoire les filles. Réfléchissez. Réfléchissez à ce qui vous arrivera, et à ce qui arrivera à vos filles, lorsque les lois nous feront remonter le temps. Réfléchissez aux expressions comme « autorisation du conjoint » ou « consentement paternel ». Réfléchissez au moment où vous vous réveillerez un beau matin, en constatant que vous n’avez plus voix au chapitre. »

« – Gagné récompense !

Qu’elle a dit.

– Minimum !

Je sais de quoi son école est capable. Je le sais parce que le compte-mots sur son poignet indique le chiffre 3.

Ma fille n’a pas dit un mot de la journée. »

« Donnez-leur de bonnes instructions afin d’apprendre aux jeunes femmes à ne pas être asservies aux excès de vin, à aimer leurs maris et leurs enfants, à être sensées, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes, soumises chacune à son propre mari.« 

Vox

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s