Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #124] Rule, mais qui est le corbeau ?

– Rule, tome 1 –

« Une prison dorée, ça reste une prison. »

rule-tome-1-1284600Auteur : Ellen Goodlett

Éditeur : Bayard

Genre : Fantasy

Date de Parution : 26 aout 2020

Prix : 17,90€ (broché), 12,99€ (numérique)

Nombre de pages : 512 pages

Résumé : Une couronne, trois prétendantes prêtes à tout pour accéder au pouvoir.

Zofi, Ren et Akeylah vivent au royaume de Kolonya. Elles ne se connaissent pas et n’ont rien en commun. Lorsque le roi les convoque, elles s’attendent au pire. Chacune d’entre elles cache un lourd secret qui pourrait porter atteinte à leur vie. Quand le souverain leur révèle qu’elles sont ses seules héritières, le combat est lancé et chacune est bien décidée à prouver qu’elle mérite de régner. Mais quelqu’un à Kolonya connaît leurs secrets, et ne reculera devant rien pour les manipuler et les empêcher de conquérir le trône…


– Mon Avis –

Pourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : Parce que le résumé m’a vraiment donné envie de me plonger dans cette histoire. Et puis, les récits sur la royauté m’attire toujours. Encore merci à Bayard pour l’envoi 😉

L’Objet Livre : La couverture est particulièrement belle, il faut le dire ! Ça donne super envie de le lire et de l’avoir dans sa bibliothèque *_*

cristina-gottardi-3Y76QujaIDg-unsplashMon avis : On va suivre trois filles, Zofi, Ren et Akeylah, qui vivent dans différents endroits du royaume de Kolonya. Elles ne se connaissent pas et tous les opposent que ce soit leur caractère comme leurs coutumes. Mais lorsque le roi les convoque toutes les trois, elle se pensent perdues. En effet, chacune possède un sombre secret qui pourrait les condamner à la peine capitale. Mais à leur grande surprise, le roi leur annonce qu’elles sont ses filles. Lui est malade et n’en a plus pour très longtemps. C’est donc à la meilleure d’entre elle qui incombera de monter sur le trône et de régner sur le royaume. Malheureusement, un corbeau connait les secrets des trois sœurs et va les menacer de tout dévoiler si celle ci ne renonce pas au trône.

L’histoire va tourner autour de la recherche de cette personne qui connait ce qu’elle ne devrait pas savoir. L’intrigue et les différents rebondissements sont très bien amenés et on est vraiment plongés dans le récit pour connaitre à tout prix la tournure que vont prendre les évènements. Les trois points de vue des différentes héroïnes m’ont un peu perdus au départ mais ils permettent de voir l’évolution des relations qui unit les trois sœurs.

church-of-the-king-JdntgyV5w0Q-unsplashNos trois personnages principaux sont diamétralement différentes à cause de leur caractères et de leur vécus mais elles sont finalement complémentaires je trouve. Ce sont des personnages attachants, pleins de ressources mais hantés par leurs démons. Je pense que j’ai une petite préférence pour Zofi, la Voyageuse. Elle a un certain charisme, indomptable, qui est du à son appartenance au clan des Voyageurs qui l’on fait grandir en marges de Kolonya et de ses codes. Mais elle a tout de même des valeurs qui s’apparentent à celles de ses sœurs. Les personnages secondaires ont aussi une grande importance. Je parle bien sur de Danton, Vidal, le roi et la reine et Yazmin. L’intrigue gagne en complexité grâce à eux et épaissit le mystère autour du maitre chanteur.

Et la fin ! C’est juste un cliffhanger de fou T___T Ça donne envie de savoir la suite très vite. Mais pour ça, il va falloir attendre début 2021 ^^ »

NOTE : 4 / 5

Que de rebondissements !


– Citations –

« – Un monde meilleur, ça n’existe pas, murmura-t-il au bout d’un moment. Il n’y a que celui dans lequel nous vivons. »

« Elle allait démasquer l’auteur de ces lettres. Mettre un terme à ses menaces. Et si elle ne le trouvait pas assez vite, s’il révélait son crime au roi, tant pis. Elle mourrait dignement… »

« – Les Arts ne sont pas de la magie. C’est un don des dieux, une pratique que nous étudions et perfectionnons depuis des siècles.
– Allez dire ça à vos ennemis… »

« Décrire à un néophyte les sensations provoquées par les Arts aurait été aussi impossible que lui expliquer un sixième sens. Les Arts avaient un goût de vert, l’odeur de l’adrénaline, le même son que le froid. »

121416578_278836236529182_4383924449675332695_n

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s