Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #100] Extincta, une vraie remise en question !

– Extincta –

« La flamme brûle plus fort juste avant de s’éteindre »

extincta-1261143Auteur : Victor Dixen

Éditeur : Collection R

Genre : Science Fiction

Date de Parution : 28 novembre 2019

Prix : 19,90€ (broché), 13,99€ (numérique)

Nombre de pages : 608 pages

Résumé : L’espèce humaine disparaîtra dans 255 heures.
Les pires prédictions climatiques se sont réalisées, le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les Dernières Terres : un archipel rocailleux surgi des glaces, où ils survivent dans des cités-royaumes éparses. Accaparés par la lutte pour les maigres ressources, ils ignorent que l’ultime cataclysme est sur le point de balayer ce qu’il reste de l’espèce Homo sapiens.
La dernière histoire d’amour s’écrira en lettres de feu.
Née dans les bas-fonds de Viridienne, la cité-royaume pourrissante envahie d’algues, Astréa rêvait de se consacrer tout entière au culte de Terra. Mais sa foi vacille le jour où son frère est accusé de sacrilège et condamné à mort.
Élevé derrière les remparts du castel, le prince Océrian était né pour régner. Mais un mystérieux accident lui arrache sa jambe et son honneur, l’écartant à jamais de la ligne de succession.
Le destin va jeter ces assoiffés de justice l’un contre l’autre, embrasant leurs cœurs avant de consumer le monde.
La flamme brûle plus fort juste avant de s’éteindre.


– Mon Avis –

Pourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : Parce que je n’ai jamais été déçu par un livre de Victor Dixen et que j’attendais celui ci, comme tous les autres, avec grande impatience. Je l’ai donc commencé dès que je l’ai reçu !

L’Objet Livre : Je pense que c’est l’un des plus beau livre de cet auteur avec la version collector du tome 1 de Phobos. La couverture est magnifique avec ce vert brillant qui attire tout de suite l’œil. Mais le travail ne s’arrête pas là. Il y a non pas une carte mais plusieurs ! Et dans ce monde qui pourrait être le nôtre dans les générations futures, cela a bien été utile. De plus, des noms en latin sont inscrit à chaque bas de page. Après avoir posé la question à l’auteur, il s’agit d’espèces animales éteintes. De quoi commencer à réfléchir….

Mon avis : La Terre n’est plus qu’une grande étendue d’eau salée suite à la fonte des glaciers et de la totalité de la banquise… Les Dernières Terres se concentrent sur ce qu’il reste du Pole Nord, terres arides où plus rien ne pousse.

Astréa est bêcheuse d’algues, ce que l’on retrouve le plus sur les cotes de la cité de Viridienne. Une activité harassante sous un soleil de plomb et non exempt de danger. Elle rêve de rentrer au Pleuroir comme pleurante et ainsi donner sa vie au culte de Terra. Océrian, quant à lui, est le prince de la cité mais depuis un terrible accident lui ayant pris sa jambe, il lui est impossible de régner. Leurs destins les fait se rencontrer à l’aube prochaine de l’extinction de l’espèce Homo Sapiens.ganapathy-kumar-Gl9r22w_Oxk-unsplash

Ce livre fait énormément réfléchir sur l’écologie et sur l’avenir de notre planète. Durant ma lecture et même encore maintenant, beaucoup de comportement m’alerte encore plus qu’avant comme les plastiques rejetés un peu partout, le gaspillage de eau, l’utilisation des énergies fossiles ou encore les extinctions massives de beaucoup d’espèces animales… Ce compte à rebours durant toute l’histoire nous incite à se dire qu’il faut très vite réagir avant qu’il ne soit trop tard pour faire quelque chose pour sauver notre planète. Surtout que l’on voit déjà beaucoup de signes avant coureur du réchauffement climatique : algues de plus en plus présentes dans les océans, incendies à répétition (il n’y qu’à voir ce qu’il se passe en Australie en ce moment…), le fait d’avoir de moins en moins de neige par rapport à des décennies en arrière…

En toile de fond, on a aussi les sujets comme la religion et les complots politiques qui sont aussi des sources de guerre dans notre monde actuel. On commence l’histoire sur les chapeaux de roue mais la fin, même si on s’y attend plus ou moins, est haletante et l’auteur arrive encore et toujours à nous surprendre. C’est mon méga coup de cœur de l’année 2019 !

yuliya-kosolapova-pZ-XFIrJMtE-unsplash

NOTE : 5 / 5

Une histoire importante avec une bonne prise de conscience !


– Citations –

« La fin du monde. – Un roman sur les derniers hommes. – Les mêmes vices qu’autrefois. – Distances immenses. De la guerre, des mariages, de la politique parmi les derniers hommes. Les dernières palpitations du monde, luttes, rivalités. La haine. Le goût de la destruction et de la propriété. Les amours, dans la décrépitude de l’humanité. »

« Le moment est venu d’écouter la fin des hommes. Là où s’achève leur longue histoire, commence le dernier de leurs chants. Un hymne guerrier, mais, aussi, une chanson douce. Un gémissement de détresse, mais, derrière, un bruissement d’espoir. Une oraison funèbre, mais, surtout, un cri d’amour. »

« En attendant, dans le silence de la mort, nous veillons. »

81545831_592154368022825_7138886853188386816_n

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s