Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #95] Signé Poète X, un cri du cœur !

– Signé Poète X –

« Les mots, ça donne la permission
d’être soi-même. De l’être complètement. »

signe-poete-x-1239560Auteur : Elizabeth Acevedo

Éditeur : Nathan

Genre : Romance

Date de Parution : 29 août 2019

Prix : 16,95€ (broché)

Nombre de pages : 384 pages

Résumé : Harlem. Xiomara a 15 ans et un corps qui prend plus de place que sa voix : bonnet D et hanches chaloupées. Contre la rumeur, les insultes ou les gestes déplacés, elle laisse parler ses poings. Étouffée par les préceptes de sa mère (pas de petit ami, pas de sorties, pas de vagues), elle se révolte en silence. Personne n’est là pour entendre sa colère et ses désirs. La seule chose qui l’apaise, c’est écrire, écrire et encore écrire. Tout ce qu’elle aimerait dire. Transformer en poèmes-lames toutes ses pensées coupantes.
Jusqu’au jour où un club de slam se crée dans son lycée. L’occasion pour Xiomara, enfin, de trouver sa voix.


– Mon Avis –

Pourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : Les éditions Nathan me l’ont très gentiment envoyé et je les en remercie. J’avoue avoir eu un peu peur de me lancer au vue de sa mise en page un peu particulière. Mais finalement, j’ai fini par le lire peu après sa sortie.

L’Objet Livre : L’objet livre est un peu particulier vu que le récit est tout écrit en vers. Je n’ai pas l’habitude, c’était mon premier livre dans ce genre là. La couverture quant à elle est juste magnifique avec tout ces mots et ce camaïeu de couleurs.

jessica-felicio-_cvwXhGqG-o-unsplashMon avis : Xiomara a 15 ans mais possède déjà tout d’un vrai corps de femme : bonnet D et hanches chaloupées. Ce qui lui vaut souvent des rumeurs et des insultes. Elle répond à cela souvent par les poings. C’est une jeune fille mal dans sa peau qui ne peut s’exprimer que par l’écriture, beaucoup d’écrits consignés dans un carnet.

Ce livre est tellement de choses… C’est dur de mettre des mots dessus mais je peux vous dire que c’est très beau mais souvent révoltant. Ce n’est pas un livre bourré d’actions, ce n’est pas le but de cette histoire. On suit les pensées et les sentiments d’une adolescente en pleine recherche d’elle même, de son identité. Ce livre soulève plusieurs sujets très importants. Tout d’abord, le regard des hommes sur les femmes. Je ne suis pas féministe mais une chose que je ne supporte pas, c’est que dès que l’on a des formes, il faudrait porter un sac poubelle sur la tête pour ne pas se faire remarquer. Si on s’habille normalement ou un peu femme, on se fait directe traiter de trainée. Ce n’est pas mon cas mais je comprends très bien cette jeune fille qui sort de l’enfance avec un corps pareil… De plus, elle est élevée dans un climat très religieux où beaucoup de choses lui sont interdites alors qu’à son âge, on a juste envie de découvrir pleins de choses comme les garçons. Sa mère n’hésite pas à la traiter de pute quand elle y fait allusion et doit même des comptes au prêtre de leur paroisse… Xiomara étouffe et son seul échappatoire, son refuge, c’est la poésie.

jeff-kepler-R3IRoTjU0mk-unsplashJ’admire vraiment le travail de l’autrice pour avoir écrit toute cette histoire en vers en utilisant deux langues parce qu’on a aussi de l’espagnol ! C’est vraiment une œuvre mettant en valeur la culture latino-américaine. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas tout traduit mais ça reste tout à fait compréhensible 😉 Le travail de Clémentine Beauvais, la traductrice, m’a d’autant plus bluffé qui a non seulement retranscrit le texte mais a aussi fait en sorte que ça rime !

NOTE : 4 / 5

Un livre où un ado hurle sa frustration et sa colère !


– Citations –

« Ce qui m’apaise c’est mon carnet,

écrire écrire écrire,

tout ce que j’aurais voulu dire,

transformer en larmes de poèmes toutes mes pensées coupantes,

les imaginer trancher net mon corps pour que j’en sorte. »

« Un truc bien
quand on est amie avec quelqu’un,
c’est qu’on l’aide à devenir
elle-même, mais en mieux,
on lui donne un refuge
contre la solitude. »

« Le monde est presque en paix
quand on cesse d’essayer
de le comprendre. »

« J’ai appris à ne plus m’énerver.
Parfois la meilleure façon d’aimer
quelqu’un
c’est de le laisser. »

IMGP9650

 

2 réflexions au sujet de “[CHRONIQUE #95] Signé Poète X, un cri du cœur !”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s