Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #71] La Nouvelle Arche, une belle découverte !

– La Nouvelle Arche –

« Ça durera le temps que ça durera… Je me sens plus libre que n’importe qui. »

la-nouvelle-arche-1126046Auteur : Julie de Lestrange

Éditeur : Michel Lafon

Genre : Science Fiction

Date de Parution : 25 octobre 2018

Prix : 15,95€ (broché), 5,99€ (numérique)

Nombre de pages : 333 pages

Résumé :

Spécimen : enfant maintenu en gestation artificielle pendant quinze années. Donne naissance à un membre actif et productif de la Communauté.

Mathilde est l’une des premières. Aujourd’hui âgée de 20 ans, elle s’occupe des futures générations qui grandissent au Centre. Comme elle, ces spécimens n’auront pas d’enfance. Comme elle, ils naîtront, prêts à se battre, pour affronter l’ennemi invisible qui terrorise leur Communauté.
Aussi, lorsqu’un mal étrange frappe certaines unités, Mathilde cherche à tout prix le moyen de les sauver. Et ce qu’elle découvre pourrait bien remettre en cause sa propre humanité.
Mais peut-on être seule à changer le monde ?
Désormais, elle n’a plus qu’une alternative : se taire. Ou combattre.


– Mon Avis –

Pourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : J’ai découvert ce livre au Salon du livre Jeunesse de Montreuil avec Elise et Anais 😉 Le résumé et la couverture nous avaient pas mal attiré. Et comme pour la 3eme tache du Bookstasorciers on devait faire une lecture commune, nous avons choisi celui là !

L’Objet Livre : La couverture est vraiment super belle tout en restant très épurée avec tout ce blanc, j’aime beaucoup. La mise en page reste très classique par contre.dawid-zawila-279998-unsplash

Mon avis : Dans cette histoire, on va suivre Mathilde qui est la première génération de spécimens. Ces derniers sont des enfants maintenus en gestation pendant 15 ans. Ils n’ont pas d’enfance et quand ils « naissent », ils sont tout de suite opérationnels pour servir la Communauté. Ils sont confiés à leur géniteurs jusqu’à leur majorité. Mathilde s’occupe des générations suivantes mais quand tout une unité de spécimens commencent à avoir un comportement bizarre à la fin de leur gestation, elle va a tout prix chercher à les soigner. Sauf que ce qu’elle va découvrir risque de mettre en péril tout ce qu’elle pensait sur la Communauté. De plus, un ennemi rode et terrorise les siens.

ana-filipa-neves-2941-unsplash.jpg

Cette histoire aborde des sujets importants qui soulève beaucoup de questions sur la procréation et la place de l’individu dans la société. Le fait que ces enfants / ado n’est pas d’enfance m’a profondément dérangé. Il y a pleins de choses qu’ils n’ont pas vécu en naissant si tard, des bébés dans un corps d’ado en fait. Pour les parents, je dirais que c’est traumatisant de ne pas voir son enfant grandir. Ce serait horrible d’en arriver là pour être sur d’avoir une descendance. J’ai quand même trouvé cet aspect de l’histoire très intéressant.

En ce qui concerne les personnages, je dirais que Mathilde n’est pas spécialement attachante au début mais quand on apprend à la connaitre et surtout ce qu’elle a vécu, on comprend un peu plus ses réactions.

Mais le pire pour moi reste la fin ! C’est tellement frustrant ! Comme si ce tome n’était qu’un préquel à l’histoire principale. Il est un peu trop introductif à mon gout du coup, l’auteure ne nous en donne pas assez à se mettre sous la dent. Mais je lirai très volontiers la suite parce que je ne peux pas rester sans savoir comme ça ._.

NOTE : 3 / 5

Une belle découverte !


– Citations –

« Alors, à travers la nuit et la poussière qui tourbillonnait, incapable qu’il était de parler, il ne put qu’articuler des syllabes muettes. Des mots qu’elle lit sur ses lèvres et qui disaient sur un air de regret: toi aussi, tu vas me manquer. »

« – Et pour les attaques? Vous n’avez pas de mur d’enceinte ! Que faites-vous pour vous protéger ?

Henri Whiter sourit avec indulgence.

-Rien. S’ils veulent me tuer, ils le feront. Cela m’ennuierait bien sûr, j’aime vivre, mais plutôt mourir que de construire mon quotidien autour de la peur. Je suis peut-être vulnérable là où je suis, mais au moins, je suis bien. Ça durera le temps que ça durera… Je me sens plus libre que n’importe qui. »

La Nouvelle Arche.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s