Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #66] The Hate U Give, un livre coup de poing

– The Hate U Give –

« A quoi ça sert d’avoir une voix si c’est pour se taire quand il faudrait parler ? »

the-hate-u-give-la-haine-qu-on-donne-990955Auteur : Angie Thomas

Éditeur : Nathan

Genre : YA / Justice / Discrimination

Date de Parution : 5 avril 2018

Prix : 17,95€ (broché), 13,99€ (numérique)

Nombre de pages : 488 pages

Résumé : 

Starr a 16 ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres de gangs, la drogue et les descentes de police.

Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic; tous les jours , elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes.

Mais tout vole en éclats le soir où son ai d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère; et à redresser la tête.


– Mon Avis –

Pourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : Je voulais le lire avant de voir le film qui est sorti le 23 janvier au cinéma et éviter aussi de me faire spoiler l’histoire qui était teasé un peu partout. Je l’ai donc commencé en lecture audio qui est sorti une semaine avant la sortie du film.

L’Objet Livre : J’ai trouvé l’audio juste génial ! La narratrice a vraiment la voix que j’aurais donné à Starr. Elle joue magnifiquement bien le rôle.

4242b2d8f264c2e4f591bc41d2259cc7Mon avis : On va suivre Starr, une jeune afro-américaine de 16 ans, qui vit dans un ghetto où deux gang se disputent le territoire. Starr vit dans cet atmosphère mais va au lycée dans un quartier riche à dominante blanche. Un soir d’une fête, une fusillade éclate. Il s’avère que c’est un règlement de compte. Un ami de Starr, Khalil, qu’elle n’a pas vu depuis longtemps, la raccompagne pour être sûr que tout ira bien. Ils se font arrêter par un agent pour se faire contrôler mais les choses tournent mal. Khalil se fait abattre sous les yeux de Starr lors d’un simple contrôle de papier. Pourquoi ? Starr est la seule témoin et on cherche à la faire taire. Mais le quartier se soulève pour réclamer justice.

a145be67c1412ebf684b9db3df2c0f65Ce livre est puissant, fort, important, qui fait réfléchir. Il nous parle de sujets qui sont malheureusement encore trop présent dans notre actualité. Un jeune adolescent noir se fait tuer lors d’un contrôle sans réel motif. Et encore est ce qu’il faudrait un motif pour ça ?! Et l’affaire semble vouloir être étouffé. Ce livre m’a révolté, mais vraiment. Il y a des choses tellement injuste ! La mort de Khalil est injuste et malheureusement, ce sont des choses que l’on voit encore aujourd’hui tout ça sous prétexte qu’il est noir. Pourquoi sa vie serait moins importante qu’une autre ?

e7c9798e9c3d4c799fc7471296d8f78c

A travers Starr, l’auteure nous montre comment il est difficile pour elle de vivre dans un quartier qui craint et que malgré cela, il y a énormément d’entraide et de soutien si quelqu’un en a besoin. Starr vit dans deux mondes complètement différents (son quartier et son lycée avec un petit ami blanc) et ne sait pas comment se sentir complète dans chacun d’eux. Tous les jours, c’est un réel grand écart qu’elle est obligée de faire et je trouve que l’auteure décrit parfaitement bien ce choc des cultures.

c8f969640c83c62bbcbd9db5a39c7dd0Starr est un personnage fort de cette histoire, qui dans un premier temps va beaucoup réfléchir, faire son deuil, avoir peur pour sa vie et celle de ses proches. Mais finalement, elle va faire entendre sa voix de façon très courageuse (même si elle n’aime pas qu’on le lui dise). Elle va faire éclater la vérité grâce au soutien de ses proches.

NOTE : 5 / 5

Un livre fort que l’on devrait faire lire dans les écoles !


– Citations –

« Un jour, papa m’a raconté que tous les hommes noirs portaient en eux la colère de leurs ancêtres. Une colère datant du jour où ils n’avaient pas pu empêcher les esclavagistes de s’en prendre à leur famille. Il m’a dit aussi qu’il n’y a rien de plus dangereux que cette colère quand elle explose. »

« The Hate U – « you », mais avec la lettre U – Give Little Infants Fucks Everybody. T-H-U-G-L-I-F-E. Ce qui veut dire que ce que la société nous fait subir quand on est gamins lui pète ensuite à la gueule. Tu piges ? »

« Même quand on a tout fait comme il faut, il arrive parfois que les choses tournent mal. Mais il faut persister, c’est ça la clé. »

« Tu peux très bien être courageuse et avoir peur quand même, Star, dit-elle. Être courageuse, ça veut dire ne pas se laisser abattre par sa peur. Et c’est ce que tu fais. »

« Laisse tes mains visibles’, lui a conseillé son père. ‘Ne fais aucun mouvement brusque.’ On ne peut être que troublé d’apprendre qu’à l’intérieur du kit du bon parent d’un enfant noir en Amérique figure le fait de l’instruire sur les choses à faire et à ne pas faire en cas de confrontation avec les représentants de la loi. »

The Hate U Give

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s