Chroniques, Lecture

[CHRONIQUE #61] La Tête sous l’eau, bien mais sans plus…

– La Tête Sous l’eau –

« Tant de phrases impossibles à prononcer. D’interrogations à me vriller le cerveau. »

la-tete-sous-l-eau-1062920Auteur : Olivier Adam

Éditeur : Collection R

Genre : Thriller

Date de Parution : 23 août 2018

Prix : 16,00€ (broché), 11,99€ (numérique)

Nombre de pages : 224 pages

Résumé :

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l’air perdu. Il m’a pris dans ses bras et s’est mis à pleurer. Un court instant j’ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte.

Puis il s’est écarté et j’ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar. »

Il se trompait. Ma soeur serait bientôt de retour parmi nous mais on n’en avait pas terminé.


– Mon Avis –

Pourquoi j’ai voulu me lancer dans la lecture de ce livre : Parce qu’il était disponible sur Audible et qu’il ne durait pas très longtemps. Je l’ai vu tourné un moment, les avis étaient mitigés et j’ai donc voulu me faire mon propre avis.

L’Objet Livre : La couverture est sympa et reflète une partie du livre. Quand à l’audio que j’ai découvert sur Audible, je trouve qu’il est très bien fait, un bon narrateur. De plus, on dispose d’une petite interview de l’auteur à la fin.

L’histoire et les personnages : La famille d’Antoine déménage de la région parisienne à la Bretagne où se parents ont fini par vouloir s’installer après de belles vacances passées dans la région. Malheureusement, tout ne se passent pas super bien… Ses parents finissent par se déchirer et se séparent. Sa sœur Léa qui ne pardonnent absolument pas à ses parents cette exil, disparait sans laisser aucune trace. Quand elle finit par réapparaitre, elle n’est plus du tout la même.

william-recinos-194202-unsplash

C’est Antoine, le frère de Léa qui est le narrateur de cette histoire. A travers lui, on va vivre cette tragédie qui traverse sa famille. Comment il vit la séparation de ses parents et surtout le retour de sa sœur, détruite. On sent qu’il va tout faire pour l’aider à se reconstruire et à chercher à comprendre ce qu’il lui est arrivé. On suit tout cela à travers ses yeux d’adolescent et tout ce que cela comporte : le lycée où il ne s’est pas refait d’amis, les filles même si c’est une fille en particulier et sa passion pour le surf. En ce qui concerne Léa, on ne la connait qu’à travers des mails qu’elle partage avec un mystérieux destinataire. Ce qui en ressort c’est surtout beaucoup de colère. Je trouve dommage que l’on en sache pas plus sur elle et sur ce qu’elle a vécu finalement…

volkan-olmez-523-unsplash

La plume de l’auteur : La plume de l’auteur est fluide, son livre se lit très facilement. Je sors de ma zone de confort en lisant du thriller moi qui est l’habitude du fantastique et de la science fiction. Mais, selon moi, l’auteur aurait pu aller plus loin. Il manque une partie du récit avec l’histoire de Léa je trouve. Après il a peut être juste voulu nous montrer comment on pouvait se reconstruire après un traumatisme mais on n’en connait pas vraiment la teneur. Peut être pour nous « épargner », nous « protéger » de choses choquantes. Je ne sais pas trop vu que le public visé pour ce livre est l’adolescent. Mais je trouve ça dommage parce que du coup, j’étais un peu perdu sur le but de ce livre et je me suis parfois ennuyée…

jeremy-bishop-331838-unsplash

NOTE : 3 / 5

Un peu déçue…


– Citations –

« Elle était ma mère, après tout. Elle lisait en moi comme dans un livre. Du moins c’est ce qu’elle aimait croire et dire. »

« Je t’écris pour te remercier d’exister. »

« On ne peut pas tout aimer pareil. Du moment qu’on s’aime pareil toi et moi. »

« Les vagues sont hautes ce soir. Elles me frappent, me rouent de coups, s’abattent sur moi avec toute la brutalité nécessaire. À cet instant c’est exactement ce que j’attends d’elles. Qu’elles m’assomment. Me foutent la tête sous l’eau. Me passent au Karcher. Me nettoient de fond en comble. Et finissent par m’effacer tout à fait. Remis à neuf, essoré, liquidé. »

La Tete sous l'eau.jpg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s